Devoir Citoyen

espace libre pour citoyens sénégalais et d'ailleurs

COMMUNIQUE :

Il y a 100 ans maintenant, le 2 novembre 1917, Lord Balfour, Ministre britannique des Affaires étrangères,


lire la suite.......

La révélation du site Dakaractu, sur l’affaire d’une supposée rétro-commissions de 12 milliards. (Par Mandiaye Gaye)

Le mercredi 11 octobre 2017, le site ‘’Dakaractu’’ révèle, par ce titre 


lire la suite.......

Affaire dite de rétro-commissions de 12 milliards : de quel côté la vérité se situe-t-elle ? (Par Mody Niang)

Ces derniers jours, le substantiel ‘’addiya’’ d’une épouse à son époux a fait beaucoup jaser.


lire la suite.......

A MESDAMES ET MESSIEURS LES GOUVERNEURS DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (PAR MAMADOU ABDOULAYE SOW)

Contribution pour de bonnes pratiques


lire la suite.......

Afrique, 50 ans et plus de mauvaises politiques, à telle enseigne, qu'elles seront inoubliables par ses peuples (Par Thiendella)

Mais, à quand le décollage de l’Afrique alors ? Le Malheur de l’Afrique aujourd’hui,


lire la suite.......

COALITION NDAWI ASKAN WI / ALTERNATIVE DU PEUPLE LEGISLATIVES 2017 : CHARTE DU DEPUTE

Les candidats à la députation de la Coalition Ndawi Askan Wi/Alternative du Peuple, inscrits sur la liste PENCUM NAWLE, déjà signataires du Contrat de Législature pour l’avènement d’une Assemblée nationale de type nouveau,

s’inspirant des dispositions du Serment des Chasseurs, plus connu sous le nom de Charte du Mandé, des Recommandations de Thierno Souleymane BAAL ainsi que des principes édictés par la Charte de Gouvernance démocratique des Assises Nationales et l’Avant-projet de Constitution proposé par la Commission Nationale de Réforme des Institutions (Voir Extraits en Annexe), prenant en compte tout autre document de référence d’essence démocratique, républicaine, patriotique et panafricaniste, prennent l’engagement public et solennel devant le peuple souverain du Sénégal, de se conformer aux principes et valeurs édictés par la présente Charte, dans l’exercice de leur mandat parlementaire de la Treizième Législature (2017-2022). Les élus issus de la liste PENCUM NAWLE sont des mandataires du peuple souverain, au service exclusif des intérêts collectifs et des aspirations communes de celui-ci. Dans l’exécution de leurs missions principales (initiative et vote des lois, contrôle de l’action gouvernementale et évaluation des politiques publiques, autres initiatives parlementaires), les principes de liberté et de dignité humaines, de concertation, de respect et de consultation, de transparence et de reddition des comptes, d’égalité et de responsabilité citoyennes ainsi que de respect dû au citoyen en tant que nawle, sont des normes fondamentales et inviolables.

Conformément à cette approche impérative de démocratie participative, tout véritable représentant du peuple s’efforcera d’évaluer régulièrement son action législative, en recherchant toujours le consensus sur la base de l’intérêt général, de la primauté de l’intérêt collectif et public sur les intérêts particuliers ou privés. Cette éthique de la solidarité, du contrôle régulier et du désintéressement personnel doit guider les pas du député dans son travail et se refléter dans son comportement quotidien, à l’intérieur comme à l’extérieur du Parlement. Résolus à faciliter l’avènement dans notre pays d’une véritable Assemblée nationale jouant pleinement son rôle de centre d’impulsion de la vie politique nationale, les élus issus de la liste PENCUM NAWLE auront pour orientation stratégique de leur activité parlementaire, la séparation et le rééquilibrage effectifs des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, en rétablissant leur éminente et égale dignité républicaine en vue de l’exercice plein et entier de leurs attributions respectives. En d’autres termes, il est essentiel de garantir le renforcement des prérogatives et de l’autonomie du pouvoir législatif, d’élargir et de consolider l’indépendance du pouvoir judiciaire et de restreindre ainsi la tutelle toute puissante de l’exécutif et en particulier de son chef, le Président de la République, sur tous les autres pouvoirs.

Plus généralement, il s’agit pour les députés issus de la liste PENCUM NAWLE de promouvoir les voies et moyens de la refondation d’un Etat réellement souverain et républicain, qui fonctionne selon les règles d’une gouvernance démocratique de type nouveau, fondée sur la participation, l’inclusion, la compétence, la transparence, la responsabilité et le mérite ; fondée aussi sur la défense des droits politiques, économiques, culturels, sociaux et environnementaux des personnes (notamment des jeunes, des femmes, des personnes âgées ou en situation de handicap, des laissés pour compte, des enfants y compris ceux des générations futures) ; fondée enfin sur le respect de soi, de la parole donnée et du citoyen électeur, avec le devoir de rendre compte ; fondée, en un mot, sur l’intérêt général et la probité morale, le sens du devoir, le respect d’un code d’honneur individuel et collectif au service du savoir-vivre-ensemble dans la cohésion sociale, la justice et le bien-être croissant pour tous. En pratique, cela signifie l’obligation pour les députés issus de la liste PENCUM NAWLE d’œuvrer activement au redressement du pays en le mettant sur les « bons rails » et en suivant les « bonnes stratégies », avec pour objectif majeur de servir l’intérêt du peuple et non de se servir, de défendre les intérêts des larges masses populaires des villes et des campagnes et non des intérêts particuliers ou égoïstes.

De même, ils œuvreront sans relâche pour changer profondément les comportements des citoyens en général, des élites dirigeantes en particulier, pour l’avènement d’un Sénégal nouveau et pour un niveau de vie de ses populations toujours plus élevé. Ils veilleront également à établir l’autorité et la crédibilité d’une administration publique réellement dépolitisée, c’est-à-dire neutre et impartiale. Ils s’emploieront à donner corps à des innovations de taille, exprimant l’alternative tant attendue : à titre d’exemples, la consignation dans les minutes des débats parlementaires des interventions des députés en langues nationales, grâce à l’interprétation simultanée désormais disponible, ou encore l’institution d’une rencontre annuelle des députés de la Coalition avec leurs concitoyens, qui sera l’occasion de faire le point du travail accompli durant l’année écoulée, d’enregistrer les critiques et les suggestions allant dans le sens du renforcement d’un parlement au service exclusif du peuple. Une rencontre annuelle garantissant le contrôle et le suivi, par le peuple souverain, du travail des députés de la Coalition Ndawi Askan Wi, en relation avec les promesses énoncées de rupture alternative. La date de cette rencontre annuelle pourrait être la date anniversaire de l’élection des députés de la 13ème Législature.  

Enfin, les députés issus de la liste PENCUM NAWLE souscrivent, bien entendu et sans réserve, aux engagements de présence et d’assiduité, d’écoute et de respect mutuels, de vérité et de reddition des comptes auprès des citoyens électeurs, de contributions actives et diversifiées au fonctionnement, à l’animation et à la vie de la Coalition Ndawi Askan Wi sur les plans politique, intellectuel, physique, matériel et financier, ainsi qu’à la promotion sociale et culturelle des populations à la base., sous peine de sanction prévue dans le code de conduite de son groupe parlementaire ou dans le nouveau Règlement Intérieur de l’Assemblée nationale à promouvoir.

                                         

Dakar, le 30 Avril 2017

                                                          

COALITION NDAWI ASKAN WI / ALTERNATIVE DU PEUPLE

Le (a) candidat(e) Député(e)

PRENOM, NOM, DATE ET SIGNATURE

ANNEXE : REFERENTIEL D’ORDRE CULTURELL, HISTORIQUE ET DEMOCRATIQUE

Il est question de rappeler ici des règles éthiques fondamentales de comportement et d’initiatives, fondées sur l’appropriation féconde du génie créateur, de la culture, de l’histoire et des avancées démocratiques du peuple africain et sénégalais.

Adossée au Serment des Chasseurs ou Charte du Mande (13ème siècle), ainsi qu’au Rapport de la Commission nationale de reforme des Institutions de 2013, en passant par les Recommandations de Thierno Souleymane BAAL de 1776, les Conclusions des Assises nationales et la Charte de gouvernance démocratique, la Coalition Sàmm Li Nu Bokk /Alternative Solidaire a fait le choix d’une politique de rupture pour l’avènement d’une alternative réelle sous la conduite d’une gouvernance démocratique basée sur la refondation de nos institutions, pour une république authentiquement populaire, citoyenne, laïque, démocratique et sociale, unitaire et décentralisée, fonctionnant sur la base d’une séparation réelle et d’un équilibre effectif des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.

1.1. Les 7 Articles de la Charte du Mande :

Article 1 :

Les chasseurs déclarent :

Toute vie (humaine) est une vie.

Il est vrai qu’une vie apparaît à l’existence avant une autre vie.

Mais une vie n’est pas plus « ancienne », plus respectable qu’une autre vie.

De même qu’une vie n’est pas supérieure à une autre vie.

Article 2 :

Les chasseurs déclarent :

Toute vie étant une vie,

Tout tort causé à une vie exige réparation,

Par conséquent,

Que nul ne s’en prenne gratuitement à son voisin.

Que nul ne cause de tort à son prochain,

Que nul ne martyrise son semblable.

Article 3 :

Les chasseurs déclarent :

Que chacun veille sur son prochain,

Que chacun vénère son géniteur,

Que chacun éduque comme il faut ses enfants,

Que chacun « entretienne », autrement dit pourvoie aux besoins des membres de sa famille.

Article 4 :

Les chasseurs déclarent :

Que chacun veille sur le pays de ses pères.

Par pays ou patrie,

Il faut entendre aussi et surtout les hommes ;

Car tout pays, toute terre qui verrait les hommes disparaître de sa surface deviendrait aussitôt nostalgique (connaîtrait la tristesse et la désolation).

Article 5:

Les chasseurs déclarent :

La faim n’est pas une bonne chose,

L’esclavage n’est pas non plus une bonne chose ;

Il n’y a pas pire calamité que ces choses-là

Dans ce bas monde.

Tant que nous détiendrons le carquois et l’arc,

La faim ne tuera plus personne au Manden,

Si d’aventure la famine venait à sévir,

La guerre ne détruirait plus jamais de village au Manden

Pour y prélever des esclaves ;

C’est dire que nul ne placera désormais le mors dans la bouche de son semblable

Pour aller le vendre,

Personne non plus ne sera battu,

A fortiori mis à mort

Parce qu’il est fils d’esclave.

Article 6 :

Les chasseurs déclarent :

L’essence de l’esclavage est éteinte ce jour,

« D’un mur à l’autre » du Manden ;

La razzia est bannie à compter de ce jour au Manden ;

Les tourments nés de ces horreurs sont finis à partir de ce jour au Manden.

Quelle épreuve que le tourment !

Surtout lorsque l’opprimé ne dispose d’aucun recours.

Quelle déchéance que l’esclavage !

L’esclavage ne jouit d’aucune considération,

Nulle part dans le monde.

Article 7 :

Les chasseurs déclarent :

Les gens d’autrefois nous disent :

L’homme en tant qu’individu

Fait d’os et de chair

De moelle et de nerfs

De peau et de poils qui la recouvrent,

Se nourrit d’aliments et de boissons ;

Mais son « âme », son esprit, vit de trois choses :

Voir ce qu’il a envie de voir;

Dire ce qu’il a envie de dire ;

Faire ce qu’il a envie de faire.

Si une seule de ces choses venait à manquer à l’âme,

Elle en souffrirait, et s’étiolerait sûrement.

En conséquence, les chasseurs déclarent :

Chacun dispose désormais de sa personne,

Chacun est libre de ses actes,

Dans le respect des « interdits », des lois de la patrie.

Tel est le serment du Manden

A l’adresse des oreilles du monde tout entier.

1.2. Les 6 Recommandations de Thierno Souleymazne Baal :

« La victoire est dans la persévérance… Je ne sais pas si je sortirai de cette guerre vivant. Toutefois, je vous recommande, si je ne suis plus de ce monde :

  1. 1)De rechercher, pour assumer la fonction d’Almami, un homme désintéressé, qui ne mobilise les biens de ce monde ni pour sa personne, ni pour ses proches ;
  2. 2)Si vous le voyez s’enrichir, démettez-le et confisquez les biens qu’il a acquis ;
  3. 3)S’il refuse la démission, destituez-le par la force et bannissez-le ;
  4. 4)Remplacez-le par un homme compétent quelle que soit sa lignée ;
  5. 5)Veillez-bien à ce que l’Almamiyat ne soit jamais héréditaire ;
  6. 6)N’intronisez qu’un méritant. 

1.3. Les travaux des Assises Nationales du Sénégal

A-Extraits de la Charte de gouvernance démocratique (Mai 2009) : « Pour un Sénégal nouveau, Nous, parties prenantes, citoyennes, citoyens sénégalais, nous reconnaissant dans la dynamique non partisane et constructive qui a fondé et nourri les Assises nationales, nous appuyant sur les résultats issus des « consultations citoyennes » et des travaux des commissions thématiques, nous fondant sur le rapport des Assises nationales, lequel consigne la vision pour le Sénégal, et définit les valeurs et principes qui doivent guider la reconstruction nationale et le renforcement de la République :

Nous nous engageons de façon libre et solennelle, dans notre comportement et notre action de citoyen, et dans l’exercice de tout mandat et de toute responsabilité, à mettre en œuvre et à veiller au respect de la présente Charte. »

B- Extraits du Rapport Général des Assises Nationales : Bilan et perspectives de refondation (Décembre 2011) : « A la suite d’un diagnostic participatif d’une ampleur jamais égalée au Sénégal, sans nier quelques succès, force est de reconnaitre d’importants échecs institutionnels, économiques, politiques et sociaux. Dévoiements institutionnels, chômage et pauvreté, clientélisme et transhumance, incivisme et montée de l’anomie suffisent à caractériser cet échec. Aboutir à de telles impasses au bout de 50 ans signifie que le Sénégal n’a pas emprunté les bonnes routes ni adopté les bonnes stratégies. En fait, à l’Indépendance, ni les institutions républicaines, ni l’organisation et les processus économiques n’ont été orientés de manière à servir les intérêts des populations. Il est donc impérieux de changer les orientations et aussi les comportements de ses populations et surtout de ses élites… Les principaux leviers de changement pour le Sénégal sont l’amélioration du mode de gouvernance du pays, l’exploitation efficace des germes de changement et l’élévation du niveau de vie des populations.»

1.4. Extraits du Rapport de la Commission Nationale de Reforme des Institutions au Président de la République du Sénégal (Décembre 2013) :

« Pour la CNRI, il faut redonner à l’Administration publique toute sa crédibilité et toute son autorité. Cela passe par une normalisation de sa structuration qui doit répondre aux normes d’organisation les plus généralement reconnues, des unités de base aux directions nationales ; elle passe également par un système de recrutements privilégiant la transparence et l’équité avec des dispositifs appropriés qui promeuvent la compétence et le mérite.

Cela se réalise par le recours systématique à l’appel à candidatures pour les hautes fonctions dans les secteurs public et parapublic et le recours au concours pour l’essentiel des postes inferieurs.

La CNRI réaffirme avec force que l’Administration publique doit être apolitique, neutre et impartiale. Elle est dédiée au service de l’intérêt général et ne doit pas être détournée de ses missions à des fins personnelles ou partisanes. Ses agents sont soumis à la loi et à un code de conduite qui les obligent à n’accepter, ni solliciter, directement ou indirectement, au Sénégal ou à l’étranger, aucun don, cadeau ou libéralité dans l’exercice de leurs fonctions. Ils ne peuvent non plus faire des dons et libéralités de biens mobiliers ou immobiliers appartenant à l’Etat ou à ses démembrements. »

Recherche

Citation

"Nous les êtres humains nous sommes coupables de nombreuses catastrophes dans ce monde, mais nous les êtres humains nous contunions à être l'espoir, et nous allons sauver ce monde avec Dieu à la proue ! "

 

"Nous voulons que le petrole Venezuelien soit utilisé pour la paix et l'amour, pour sortir plein de personnes de la misère "

Allo Président N 253

Chanmp Oicina Commune de Simon Rodriguez et Tigre, Etat d'Anzoategui, le 23 Avril 2006.

Hugo Chavez

Copyright © Devoir Citoyen 2014 Tous Droits Reservés